Compliqué

toulouse1En effet, il est difficile de faire son intime conviction quant l’autoroute de Castres-Toulouse.

S’il est des arguments incontournables, de bon sens dirait le maire de Lavaur, il en est qui laisse perplexe.

Le trafic : 15 000 v/j soit très nettement en dessous du seuil de rentabilité et de faisabilité, va-t-on faire l’autoroute Giscard ou une de ces nombreuses autoroutes fantômes de l’Espagne ?

Le comité de soutien qui est composé de personnalités dont la représentation géographique est hors du champ de cette autoroute… d’où la question légitime : de quoi se mêlent-ils ? Ne feraient-ils pas mieux de se consacrer à leur mission d’élus. Qu’ils aient une conviction quant l’opportunité que ce soit par raisonnement ou par solidarité (comme Carayon le maire de Lavaur), c’est bien qu’ils en fassent état au cours de l’enquête à titre personnel, mais prendre partie au nom de collectivités sans avoir l’aval de la population, c’est bien là un déni de démocratie !

Des affirmations erronées :

  • le Sud du Tarn n’est pas à plus une heure d’une infrastructure autoroutière : il est oublié l’autoroute A61  et E 80,
  • aucun argument n’est développé quant au maintien des emplois, rien ne dit que ce ne sera pas au contraire une fuite vers Toulouse qui serait plus accessible…,
  • des affirmations assénées mais sans mise en relief : enseignement supérieur (on oublie Albi et son université, qui est à moindre distance que Toulouse) création d’entreprises (on oublie la démarche des portes du Tarn qui risque évidemment d’en souffrir)
  • le réseau santé sans indiquer les chiffres des transferts et des consultations hors pro domo.
  • Castres restera à 1 heure d’un aéroport international, ce qui est rédhibitoire pour une entreprise internationale, bientôt un aéroport international à Castres… ne nous prépare-t-on pas un nouveau NDDL ?
  • une dynamique démographique qui n’a pas fait l’objet d’une modélisation et qui ne sera pas favorable à Castres… près d’une heure de la sortie de Toulouse, ce qui est long et d’autant qu’il reste des solutions alternatives d’implantations (Verfeil, Lavaur, St Sulpice etc.)
  • sur l’enseignement les 1800 étudiants profiteront sans doute d’une meilleure proximité de Toulouse pour y poursuivre leurs études, certes la spécialisation de l’enseignement supérieur à Castres et Mazamet est presque garant du maintien de ce qui existe mais hypothèque sérieusement tout développement dans des filières généralistes. A l’ère des conférences vidéo, il y a une vision un peu passéiste de cette item « enseignement supérieur »,
  • l’étalement urbain est un problème de SCOT et de PLU, les communes sont maîtres de l’occupation de leur espace, les autorisations qui favorisent l’étalement doivent être repensées, et puis le danger est de faire à Castres ce qui est dénoncé ailleurs !

Mais aussi des vérités :

  • l’accidentologie moindre en autoroute,
  • le trafic local séparé du trafic transit,
  • un gain de temps, même si le gain diminuera avec les nouvelles limitation de vitesse mais qui subsistera de l’ordre de 15 à 20 minutes en période de circulation fluide – qui est celle raisonnablement à retenir

Alors il reste à peser les pour et les contres.

A vous de jouer !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s