Ridicule

rien-a-direL’article de la dépêche du midi, pitoyable. décidément ce serait bien que la presse locale soit enfin représentée par un journaliste !

En effet, sur la lancée de mon constat de la dernière réunion, ne voilà-t-il pas que le décompte du temps de la réunion en fait l’élément important. Certes deux réunions en à peine plus de 30 minutes illustrent à merveille l’importance de ces réunions et la main mise de SAS Carayon sur la destinée de la commune. Mais avant de critiquer la présence ou l’absence de telle ou telle tendance de l’opposition, pourquoi ne pas dire combien d’absents chez la majorité ?

Trop long à compter ?

Et puis, au lieu de discuter du repas du soir… ce qui n’est pas à mon sens la preuve d’un grand professionnalisme, le journaliste aurait pu écouter car dans le train des affaires courantes, il aurait pu relever des indicateurs particulièrement importants et inquiétants.

D’abord, il n’est même pas capable de relever l’absence de nomination du secrétaire de séance, sans doute à ce moment là, il discutait avec ses collègues de l’apéro à venir ?

Et pour le vote des subventions rien ne l’a alerté ?  Il examinait sans doute les options pour l’entrée ?

Et dans les informations rien ne l’a choqué ? Il en était au dessert ?

Décidément le monarque n’a rien à craindre des représentants de la presse….

Pas plus qu’il ne tient ses promesses : il avait promis à l’association des boulistes de mettre à leur disposition l’ancien local de la police municipale, finalement ce local ne servira pas à accueillir une famille de migrants, ni aux boulistes !!! Ce sont les chasseurs qui ont bénéficier de la vente, sans que le maire juge utile de justifier le prix et des motifs de ce choix !

L’opposition absente ? NON, d’ailleurs le conseiller présent a su poser le seul vrai problème de la réunion :

 » Jean Terlier interpelle le maire sur la tribune qu’il a rédigée, au nom de l’opposition, dans le bulletin municipal qui paraîtra en début de semaine, où il aborde la question de l’accueil des migrants. Il est choqué par deux choses. Sur la forme : il s’étonne que la majorité municipale puisse répondre à son texte, ce qui signifie qu’elle en a pris connaissance, «c’est un procédé déloyal». Sur le fond : «je regrette de lire dans la presse, sous votre plume, que la ville, sans qu’il y ait eu la moindre concertation, refuse d’accueillir des migrants. Je pense que notre commune rate un formidable élan d’espoir. C’était un bienfait pour notre ville de montrer sa solidarité et son sens de l’accueil. Il n’y a aucun intérêt à surfer sur la peur des gens et à les opposer les uns aux autres». En réponse, Bernard Carayon répond que depuis 30 ans il a des convictions qui le guident : «notre pays traverse une crise grave. Parmi les vagues de migrants qui ont envahi l’Europe, il y a des terroristes. Ceci inquiète les gens, ceux que l’on n’entend jamais». Il n’y aura pas de débat sur le sujet. « 

Comme quoi, il n’est nul besoin d’être nombreux pour poser les vrais problèmes.
Bien sûr, il n’a pas été question de :

  1. la dette,
  2. le positionnement élevé des impôts fonciers et taxe d’habitation par rapport à la strate
  3. les migrants,
  4. les travaux sur le PLU redynamisation des zones d’activités qui sont en déclin et pour lesquelles un danger existe quant à leur pérennité),
  5. la piscine intercommunale,
  6. les écoles : primaire et collège,
  7. le logement social,
  8. l’emploi (chômage 12% supérieur à la moyenne nationale),
  9. la vidéo/surveillance/protection/verbalisation,
  10. le prix du mécénat qui coûtent finalement un bras au contribuable catholique et athée,
  11. le plan de circulation,
  12. l’aménagement des pistes cyclables,
  13. la mise aux normes des stationnements handicaps,
  14. les travaux d’infrastructure,
  15. le bilan de la délinquance,
  16. la politique d’indemnisation des victimes des dégradations de la voirie,
  17. la définition de la politique d’attribution des subventions et le compte rendu d’utilisation de ces subventions,
  18. l’absence de pistes cyclables sur les voies réhabilitées,
  19. la réunion post fête foraine 2016 et ante fête foraine 2017,
  20. l’éclairage tardif de bâtiments publics,
  21. exposé sur le projet de construction d’une centrale hydroélectrique au lieudit Fonteneau à Lavaur, (promesse du maire !),
  22. la présentation d’un plan de GRH,
  23. le compte rendu du suivi des plaintes en diffamation du maire dont le coût est directement puisé dans notre porte feuille,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s