Ouh !

Il nous dit par presse interposée, que concernant le déménagement d’Intermarché, il a le soutien des salariés de l’enseigne…

Il tient cette information de qui ?

Et sur quelle enquête ?

Parce que la question a été posée il y a un an, dans le secret de l’anonymat, bien évidemment.

Et on ne peut résumer les avis par cette sibylline affirmation : « le soutien des salariés ».

En effet, les avis sont divers, et les inquiétudes réelles.

Si on fait un amalgame avec les avis des clients – ce qui est raisonnable, puisqu’un commerce est aussi et surtout la clientèle – ce déménagement est contesté et contestable au delà des intérêts d’Intermarché.

La satisfaction est un cadre moderne, sécurisé.

Les craintes sont la modernité du cadre avec ses indicateurs courants – caisse dépersonnalisée, horaires aménagés, cadences modifiées et conditions de travail moins humaines.

On retrouve dans ces interviews une constante salarié/client : la proximité, la connaissance des uns et des autres, ce petit plus qui fait d’un supermarché un commerce presque de centre-ville.

Et on retrouve la crainte de la perte de cette proximité.

Alors assener que les salariés sont un soutien au déménagement il faudrait y mettre des nuances et pourquoi pas, faire une enquête réelle, une étude de marché aussi…

hyper2Certifier la création de dizaines d’emplois est aussi illusoire, il faudrait qu’il nous parle des temps de travail cumulés, parce que 100 employés à 35 heures n’est pas une équivalence à 200 employés à 17h30 qui entraine une paupérisation des emplois du secteur.

Dis, Monseigneur, c’est quand les déclarations sincères avec des indicateurs incontestables, parce que croiser le fer avec une lame d’acier quand on octroie un sabre en papier à l’adversaire, c’est juste une manœuvre politique détestable.

Monsieur 95 % !

N’est-il pas trop mignon notre maire dans ses déclarations à la presse !

Il dit n’importe quoi et se contredit avec une aisance honteuse.

Dire que 95 % du PLU est conditionné par des directives de l’Etat (il veut sans doute dire lois et réglements mais Monseigneur n’est pas à une approximation près) est faux, c’est en outre très stupide !

Il va de soi que si le PLU est effectivement contraint par des dispositions du SCOT porté par la CCTA, une large part d’initiative est du ressort de la commune, ainsi rien n’oblige à disposer d’une STECAL ! Les grandes surfaces en entrée de ville sont proscrites, pourtant le PLU le prévoit.

Donc Monseigneur continue de faire ce qui lui plait ! Il se réfugie derrière des déclarations fausses pour se défausser, pitoyable.

Il prévoit la révision du PLU en 2021, mais il ne dit pas comment réviser quelque chose qui n’existe pas, le PLU n’est pas approuvé et ses services travaillent dessus, voire avec !

Il dit bien n’importe quoi !

Et puisque la numérologique semble être son guide politique, je peux dire sans exagérer que 95 % de ce qu’il dit est entachè d’erreur !

Il nous avait servi que 95 % de produits locaux entraient dans la composition des menus des enfants, Pffff !
Il n’assure même pas un semblant de vérité.

A l’aune des menus publiés sur le site de la mairie (relevé sur 1 mois, voir exemple ci-dessous) et le croisement avec les marchés de fournitures alimentaires approuvés très récemment, c’est un petit 60 % qui rend local les repas de nos chères têtes blondes (idem pour les brunes et les rousses !!!).

menu

Et aussi, puisque nous sommes en période électorale, il n’y a rien d’exceptionnel à respecter la loi, et n’importe quel maire, de n’importe quelle formation politique ne ferait pas moins, plus sans doute si !

Alors Carayon faites nous grâce de vos sempiternels 95 %, et ne surfez pas sur votre occasionnel et partiel respect de la loi, vous ne trompez personne, je l’espère !

Ah, oui ! Aussi dans cet interview du journal LDDM en parlant du PLU et du déménagement d’Intermarché, Monseigneur dit que la surface commerciale a été ramenée à 3 hectares (30 000 m²) ce qui est

ENORME !

La surface commerciale utile c’est :
« la surface destinée à la vente de produits et/ou de services. Ainsi, dans un centre commercial elle n’inclut pas les espaces dont les commerçants bénéficient collectivement tels que les parkings, les allées ou encore les locaux qui accueillent les services techniques ou administratifs impliqués dans le fonctionnement des bâtiments. »

Aussi il serait important que le Monseigneur précise ce qu’il entend par surface commerciale, plutôt que de bidonner des chiffres par des déclarations très fumeuses ; et si ce sont bien 30 000 m², il est une évidence : le commerce du centre-ville ne survivra pas.

Rappelons que ce qui est déterminant c’est la surface de vente avec comme indicateur :

  • entre 100 et 350 m² : magasin de ville,
  • entre 350 et 2500 m² : supermarchés,
  • au delà de 2500 (jusqu’à 10000 m²) : hypermarché.

Alors Monseigneur la surface de vente d’Intermarché est de combien ?

Et en entrée de ville, c’est proscrit à 100 % !

Mais ce qu’il faut aussi retenir est bien que pour Monseigneur, ces élections ne sont que l’occasion de joutes… Lavaur et ses habitants ne sont que le support de son challenge.

Il est prêt à croiser le fer !

J’ai été escrimeur, aussi je suis surpris de cette image qui ne correspond pas aux valeurs de l’escrime !

Et puis l’argument de la dissimulation de convictions et un peu usé et très largement dépassé !

Vert et rouge ? Et alors les couleurs se marient bien et correspondent à des valeurs républicaines !

Maintenant entre Monseigneur qui chuchote ses convictions lors des municipales et Thénard qui oublie ses engagements macronistes, il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette !

crois fer

Les mots me manquent…

Un phénomène assez rare, mais là, pour le coup, j’en reste coi, sidéré.

Dans le dernier « Mag » (était-il utile d’investir dans une publication à la gloire de Monseigneur au raz des élections… Les vauréennes et les vauréens jugeront avec leur bulletin de vote) j’ai cherché en vain le mot :

BUDGET

Nulle part, pourtant ce n’est pas un gros mot que je sache !

Les sous, Bernard Carayon, n’en parle jamais, tout est gratuit !

N’empêche que cette lacune montre bien l’implication du maire dans sa gestion de notre commune :

  • La cathédrale,
  • le centre aquatique qui coûte plus cher que l’usine hydroélectrique,
  • la vidéoprotection,

J’arrête là, je suis sans un mot pour cette terrible nouvelle : il n’y a pas de budget qui vaille la peine d’en parler à Lavaur !

cara budget

Quand tout est bien écrit, pourquoi le réécrire

EElV Gat Tarn Ouest communique :

Tambouille politicienne à la sauce vauréenne

M. Thénard vient d’annoncer sa candidature à la mairie de Lavaur.
La liste « Lavaur autrement » qu’il conduit sera « sans étiquette ».
Ses colistiers se sont regroupés « sans aucune considération de politique nationale ». Ils sont divers et cela ferait une « équipe solide » ?
Voilà une bien étrange conception de l’action publique !
Un ensemble d’individus sans considération partagée formerait une équipe cohérente ? Comment y croire, d’autant que ces personnes n’ont encore jamais œuvré ensemble, même pas pour définir un programme commun ?
Il est symptomatique de remarquer que la seule définition qu’ils se donnent c’est d’être autrement. Comprendre autrement que M. Carayon.
Mais ils utilisent les mêmes procédés : un homme devant, les autres derrière. Deux hommes avec des identités politiciennes claires qui sont mises sous le tapis par calcul électoral3. Deux hommes qui disent « ni droite, ni gauche, les trottoirs sont à tout le monde, l’idéologie n’a pas sa place dans la ville ».
En somme, autrement mais terriblement pareils.
Choisir entre M. Carayon ou M. Thénard, c’est choisir entre la droite et la droite, l’une dure l’autre molle.
C’est aussi le choix qui se dessine pour la présidence de la communauté des communes Tarn Agoût. Choisir entre le président Les Républicains du Tarn (M. Carayon- Lavaur) ou le référent tarnais En Marche (M. Bernardin- Saint Sulpice). Pour le coup, nous pensons que M. Thénard est envoyé en commando par M. Bernardin pour obtenir, un ou deux sièges à la CCTA qui lui seraient nécessaires pour prendre la présidence. Que M. Carayon, M. Thénard ou M. Bernardin n’aient aucune vision assumée d’un mandat communautaire mais qu’ils soient offensifs pour conquérir ce morceau de pouvoir nous plonge dans le monde ténébreux de l’ancien monde.

Reste une lueur d’espoir, que les urnes renversent les pronostics et que M. Bernardin se retrouve minoritaire dans sa ville. Qui trop embrasse, mal étreint ?

Fait à Lavaur, le 17/02/2020

logo eelv

Bernard, le bricolo a encore frappé !

Ah comme cette période de campagne électorale est riche en réalisations, enfin je veux dire en petits travaux !

Les pistes cyclables… nous nous souvenons bien de cet accident qui avait failli coûter la vie à un adolescent cycliste.

L’alerte, lancée par deux mamans, relayée à l’échelon national et portée par une chanson (plus de 6 000 vues aujourd’hui) avait ébranlé le maire suffisamment pour qu’il fasse semblant d’écouter, semblant de prendre la mesure du problème.

Il fallait aussi, sur le terrain, montrer qu’il n’était pas indifférent que le problème le taraudait et qu’il avait déjà, en secret, prévu d’y remédier…

Certes, un cabinet étudie les liaisons douces, les pistes cyclables, certes les entreprises de peinture ont dégainé pinceaux et rouleaux, mais rien n’a changé.

Si, depuis une semaine des travaux au droit du collège…

S’ils sont du même acabit que ceux qui ont conduit à sacrifier les trottoirs pour dessiner des pistes cyclables, nos adolescents ne seront pas en sécurité à la rentrée de février.

Ainsi vont les mesures de sécurité dans l’esprit de Monseigneur.

tx collegeIl s’agit juste d’un photo pour marquer les actions de Carayon, rien de plus…

Pas de haine, un combat politique contre des idées et des façons de les mettre en place ou d’avoir des idées et d’en rester là !

Parce que je veux rester libre.

Et quand, ce matin, j’ai emprunter la route de Caraman en vélo, je n’étais plus libre selon la définition de Monseigneur qui, souvenons-nous déclarait :

« Votre sécurité est votre première liberté ! »

« En Marche », bas les masques

Participer à la création d’un mouvement, faire cause commune avec des personnes qui ont la sincérité de ceux qui veulent réformer pour leurs concitoyens et non pour leur carrière, devrait moralement créer des obligations.

C’est mon opinion et je ne suis pas seul à la partager !

Pourtant d’autres ont bien en mémoire la fable de La Fontaine : le singe et le chat !

« Le Singe et le chat » met en scène deux animaux plutôt comiques, Bertrand et Raton. Ce qui va permettre au fabuliste de  tourner en dérision, avec une ironie pince-sans-rire,  l’attitude des hypocrites qui se dissimulent sous un masque pour mieux manipuler  les autres.

La manipulation est patente, pendant plusieurs mois notre singe vauréen a thésaurisé les démarches, les travaux d’un collectif pour, l’élection venue, en faire son programme.

En se retirant du collectif, il eût été d’une grande honnêteté intellectuelle de ne pas s’engager ou, à tout le moins, de déployer un programme différent, sinon pourquoi faire pareil ?

Faut-il penser que l’honnêteté intellectuelle et l’honnêteté politique sont deux mondes différents ?

Mais alors…

Quelle est la position des apolitiques marcheurs sur…

Aujourd’hui la question est sur le glyphosate.

singe chat« Lavaur Autrement » a été intronisé par Terlier et Verdier-Jouclas qui sont notoirement en phase avec la position criminelle de « En Marche » et les reports incessants de l’interdition.
Verdier-Jouclas avait même proposé des soldes sur le poison !
Cette liste s’engage-t-elle clairement sur le sujet ? Un arrêté anti glyphosate est-il prévu en cas de succès dès l’élection ?

 

Engagez-vous, réengagez-vous

Le sergent recruteur Thénard bat du tambour pour compléter sa liste et tenter de juguler les désertions.

C’est vrai que se  réclamer de « En Marche » n’est pas chose facile, pas plus que n’est aisé de penser que « Lavaur autrement » soit différent de « En Marche ».

Aussi une petite réunion publique pour compter ses forces et tenter quelques ralliements est la bienvenue.

Je conçois que s’acoquiner à ceux qui sont dans le camp de la casse du code du travail, dans l’échec cuisant de la moralisation de la vie publique, dans la braderie des joyaux de la République, dans les violences policières assumées, dans la casse des services publics, la santé particulièrement mais aussi dans la destruction du service judiciaire, et actuellement l’anéantissement des codes de la retraite est courageux ou aveugle, mais la crédulité à ce point c’est un art !

Dire que le national est sans effet sur le local est une injure au bon sens, évidemment que cela impacte gravement la vie locale.

Alors je souhaite bien du courage à celui qui se fait le chevalier de l’apolitisme à la mode Macron.

Je serai fair play…

La réunion c’est aujourd’hui à 20h30 à la halle aux grains… Une réunion de quartier pour présenter ses colistiers ???

Restons vigilants, il n’y a pas en politique de hasard et les choix ont une signification.

Ainsi le logo de « Lavaur Autrement » signe bien le renouvellement suggéré.

logo lav autreUn « Lavaur autrement » enfermé dans un cadre carré avec deux petits points sagement enfermés et un troisième qui s’échappe.

Une vision psychorigide d’un avenir contraint et enfermé, celui qui s’échappe sera le candidat à la CCTA… Ou pas !