La colère d’un administré !

Plan de relance !
La région dans le cadre du plan de relance retient 450 projets.

90 millions pour améliorer le quotidien et préparer l’avenir !

Pour Lavaur ? 98 400 euros !
Et le choix pour améliorer le quotidien et préparer l’avenir consiste à réparer le portail gothique de la cathédrale Saint Alain.

Le maire n’a pas été capable de présenter un vrai projet pour demain, un projet pour rendre le quotidien moins difficile. Nous aurions pu nous attendre à quelques subsides pour nos « pistes cyclables, certaines communes ont su tirer leur épingle du jeu,

Lavaur ? Non rien…

Je pense que notre Carayon V a bien des péchés à se reprocher et se faire pardonner pour donner tant et tant à ce bâtiment.
Le prétexte du rayonnement de Lavaur à travers cet édifice est fallacieux, d’ailleurs dans la revue départementale, le nombre de personnes qui pénètrent en ces lieux de religion est entaché d’une incertitude grotesque.
Un chiffre pour dire que la différence entre touristes et pratiquants ou participants avec des événements n’est pas faite. Simplement un compteur pour dire combien sont entrés. Dans ce décompte, et c’est d’un ridicule assuré, je suis trois fois pointé car j’ai hélas salué la mémoire d’amis partis trop tôt.

Alors des touristes, il y en a combien ?

Rappelons aussi que, comme pour le tour de France, à Lavaur on passe, on s’arrête et on repart. On ne reste pas, on ne fait pas vivre le commerce, un lieu de passage qui coûte une fortune aux contribuables.

Il n’y a pas que le maire qui se mette en colère, la différence est que ma colère est légitime et que la sienne est une colère de communication, un message politique car en ces temps de crises sanitaire et économique il est difficile pour un édile, aussi napoléonien qu’il soit, d’exister !

Je vous propose donc le lien du dossier de presse du plan de relance de la région Occitanie et l’extrait consacré à Saint Alain !

Voir page 11 pour constater que nos pistes cyclables sont oubliées et page 22 pour constater que Saint Alain a bien été gâté cette année encore !

Ecrire ? Pour être lu… Off course

Ce n’est, à évidence, pas le souci de Lavaur Citoyenne !

Adepte de l’écriture inclusive, il ne lui est jamais venu à l’esprit que, au delà d’être hors la loi, que cette pratique est restrictive des facultés humaines !

Nous lisons avec les yeux ou les doigts pour les personnes mal voyantes. Mais pas seulement.

Ce ne sont – les yeux ou les doigts – que les déclencheurs d’une série d’actions automatiques qui mettent en œuvre le principal organe de la lecture : le cerveau.

Et notre cerveau n’a pas besoin d’une lecture exhaustive d’un mot pour le comprendre, il lui suffit d’en reconnaître la couleur pour l’intégrer.

Nous connaissons tous le très fameux texte dans lequel les mots ont été modifiés pour ne conserver que le début et la fin de chaque mot, en fait pour en conserver « l’image » même si elle déformée. Ceci n’est pas un frein à la lecture et à la compréhension parce que le cerveau anticipe en créant des images et favorise la lecture. Le cerveau étant le plus souvent en avance sur les yeux, les doigts.

En consacrant l’écriture inclusive, ce n’est pas l’égalité des sexes qui est favorisée, c’est une difficulté à la lecture qui est construite de façon irraisonnable en cassant le faculté de deviner ce qui va être écrit. Il y a une rupture, une cassure dans l’harmonie de la lecture.

Le masculin générique d’un mot est une convention qui englobe femmes et hommes, ne pas respecter cette règle grammaticale est un irrespect pour ses lecteurs…

Les femmes, féministes dit-on, n’ont pas attendu ce gadget pour faire valoir l’égalité homme/femme.

Parmi elles :

  • Christine de Pizan, autrice, a livré le premier ouvrage féministe en 1405,
  • Olympe de Gouges, régionale du féminisme, est une des pionnières du féminisme français notamment après la publication en 1791 de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne,
  • Clara Zeltin, figure historique du féminisme et initiatrice de la Journée de la Femme, en 1910, milite pour le droit de vote et l’égalité entre les sexes,
  • Emmeline Pankhurst  femme politique britannique féministe fonde en 1903, avec ses deux filles, l’Union Féminine Sociale et Politique, un groupe de femmes britanniques rapidement nommé suffragettes. Leur slogan: « deeds, not words » traduit « des actions, pas des mots »,
  • Émilie Gourd, (1879/1946), est une journaliste et militante genevoise du droit des femmes, figure importante du féminisme suisse et international,
  • Simone de Beauvoir, née le 9 janvier 1908 à Paris, est une philosophe, romancière, mémorialiste et essayiste française. Elle nous a dit : « On ne naît pas femme : on le devient. »
  • Marguerite Yourcenar, est née le 8 juin 1903 à Bruxelles. Poétesse, essayiste, traductrice et critique littéraire, elle enseigne également la littérature française et l’histoire de l’art.
  • Marguerite Yourcenar est partisante de la « fraternité humaine » et s’oppose au féminisme qui pense la femme en opposition à l’homme. Elle pense que les femmes sont prisonnières des circonstances sociales,
  • Rosa Parks, -1913/2005, est une femme afro-américaine qui devint une figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis,
  • Simone Veil, fait adopter la loi dépénalisant le recours par une femme à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), loi qui sera ensuite couramment désignée comme la « loi Veil »,
  • Malala Yousafzai est une militante pakistanaise des droits des femmes née le 12 juillet 1997.

Sans oublier : Louise Michel, la « Vierge rouge » (1830 – 1905), Niki de Saint Phalle (1930 – 2002), Mona Chollet (née en 1973), Kimberlé Crenshaw (née en 1959), Janet Flanner (1892-1978), Suzanne Buisson (1883-1944), La Goulue (1866-1929), Emilie du Châtelet (1706-1749)

L’écriture inclusive est une erreur qui se veut être le témoin de l’égalité des sexes, l’académie française l’a repoussée, l’administration aussi.
Elle n’est qu’un handicap à la lecture, à l’orthographe et puis elle est aussi ignorante que la langue française est aussi une langue parlée…
A quand la lecture inclusive ?

Ceux et celles qui insistent sur l’emploi de cette écriture inclusive sont, en outre, d’une grande malhonnêteté intellectuelle, il n’est que de lire leurs écrits récents pour constater que l’emploi est loin d’être adopté par eux-mêmes : on trouve dans leurs textes « les élus, les conseillers…

Ce qui n’empêche pas qu’un fonctionnaire ou un représentant d’une collectivité locale se doit de répondre à une sollicitation, question, demande et cela qu’elle soit rédigée avec des fautes de grammaire, d’orthographe ou toutes autres dérives qui ne gênent pas la compréhension.

Ils ont décroché le pompon !

J’évoquais hier les postures infantiles dans les débats politiques en conseil municipal. Une nouvelle étape vient d’être franchie !

A juste titre, le maire (qui prétend à tort que je haïs, bon je ne lui voue pas un amour inconditionnel, mais c’est juste sa politique que j’abhorre) n’a pas répondu à un mail de l’opposition, la liste Lavaur Citoyenne au motif qu’il était rédigé en écriture inclusive. Il me paraît bien naturel que les conseillers s’expriment en français et l’écriture inclusive n’est pas française.
Ceci, dans un débat démocratique ouvert et indulgent, il aurait pu faire l’effort.
J’espère que le réglement intérieur à paraître validera l’emploi de la langue française afin d’éviter ce type de « disputes ».

Mais cela devient risible quand, au nom d’un féminisme exacerbé et destructeur des relations interpersonnelles, la conseillère Pomponne quitte le débat démocratique parce que le maire l’a appelée madame Pomponne !

Le comble est atteint quand le conseiller David déclare : »Nous avons parlé des violences faites aux femmes. Je considère que ce soir nous avons assisté à une violence faite à une femme ».
Non, non et non, quand les violences se borneront à appeler une femme par son nom d’épouse, un progrès immense dans la lutte contre la violence faites aux femmes aura été accompli.

Si on en croit donc le journaliste, il faut retenir de ce premier article, pour ce conseil municipal, que le maire respecte madame Pomponne, que madame Pomponne s’appelle Albouy Pomponne et que la confusion est une violence suffisamment insupportable pour faire fuir la conseillère !

Espérons que ce journaliste saura porter dans les colonnes de son journal des débats plus consistants et plus réalistes quant à ce qui se passe à Lavaur ! Franchement, rapporter les disputes de cours de récréation ne sont pas ce qui grandit un journal !

Ce n’est pas du journalisme d’investigation, je pense que ce n’est même pas du journalisme.

Pour demain, enfin lors du prochain conseil municipal, je suis impatient de savoir qui mangera son chapeau, qui agitera son pompon !
Si Monseigneur appelle madame la conseillère, madame Pomponne, elle fait sa valise ?
Ou bien le maire va l’appeler Madame Albouy Pomponne ?
Les paris sont ouverts !

Effarant !

Blanc bonnet et bonnet blanc.
La course à l’action dérisoire est définitivement lancée.

Et une étape franchie : comme pour le tour de France l’arrivée se fait en grande pompe !

Conseil municipal ce 9 octobre 2020 en la halle d’Occitanie.
Mesure sanitaire oblige ? Dans une halle qui peut accueillir des centaines de personnes (770), la participation à cet évènement (ben oui, quoi ! un conseil sous la présidence de Monseigneur Carayon V est bien un évènement !) est limitée à 66 personnes : 33 conseillers et leurs invités – 1 par conseiller !
Si l’on se réfère aux participations constatées habituellement, la présence est d’une cinquantaine de citoyens. Il y avait donc bien moyen de respecter les règles et de ne pas mettre en danger les personnes intéressées par la vie politique en cette ville de Lavaur si prisée par les adhérents d’Airbnb pour les vacances de la Toussaint(*), sans que soit exigée une invitation !

Il est évident que Carayon V cultive le secret, la discrétion… dirais-je par une malicieuse indulgence.

En catimini se déroulent donc les séances du conseil.

Il me sera opposé que la séance sera enregistrée, mais elle sera inaudible et puis dans ce type de réunion c’est le vécu qui compte !

Et l’opposition dans tout cela ? Motus et bouche cousue, elle accepte, elle joue le jeu du secret.
Pitoyable et effarant, elle qui avait promis, juré ses grands dieux que la communication et l’information seraient ses outils de travail, la voilà rangée en silence derrière les décisions du maître de la ville !
Le problème de l’opposition est aujourd’hui dans le » bannette or no bannette ».
Pensez donc, le maire, en attendant l’approbation d’un réglement intérieur, n’a pas mis à la disposition des conseillers d’opposition une bannette pour personnaliser la réception de leur courrier, et de surcroît… ils n’ont même pas une adresse « @ville de lavaur ».
Ils sont discriminés. Ils ont d’ailleurs crié au scandale !
Pour le reste c’est… A Venir comme leur association pour créer du lien, mais sans aucun doute faut-il lire : à venir (sans trop y croire).
Les pomponne’s girls empruntent le chemin qui mène à la réélection systématique de Carayon.

S’occuper du futile pour masquer l’incompétence à développer des idées et les mettre en place par la force si besoin est, tel est le cheval de bataille perdue de ce quatuor en perdition.

Pourtant des expériences récentes ont montré que Carayon V pliait sous la contrainte du citoyen.
Malgré un habillage maladroit pour masquer sa reculade, la fête générale n’avait pas été « délocalisée’ suite à des pétition et des mouvements forts des citoyens et des forains.
Plus récemment encore, l’enquête portant sur le PLU avait été prolongée sous la pression de la rue, puis le PLU jeté aux orties en réponse aux nombreuses observations et pétitions.

Alors ?

La dame Pomponne est plus affairée à la recherche de quelque bannette qu’à infléchir la politique mortifère du maire.

Certes cela ne fait que six mois qu’elle est installée mais cela fait plus de deux ans qu’elle travaille, enfin je veux dire qu’elle rame sur le sable !

NDLR : là, encore, il est déplorable que l’opposition ne dénonce pas cette mystification de Monseigneur qui tente de nous faire prendre des vessies pour des lanternes…

Une action, deux raisons…

L’atteinte à l’écologie, l’atteinte aux commerces locaux, l’imbécillité de développer des structures d’e-commerce aux portes du Tarn, les raisons d’une rare stupidité de certains élus (dont Monseigneur Carayon V) qui veulent que de toutes les façons « si ce n’est pas ici, cela profitera à d’autres » sans imaginer un seul instant – avec un peu de bon sens citoyen – que ce peut être nulle part, ces atteintes sont extraordinaires et rien ne semble devoir les stopper.

Les actions d’information, les actions de contestations se multiplient, rien n’y fait le principe du « plus c’est con, plus j’insiste » semble être de mise chez ces édiles dont les motivations sont obscures et en totale contradiction avec les urgences climatiques.

Cette surdité, cet aveuglement face aux réalités me fait penser que seule la force de la mobilisation peut infléchir les positions prises. Le temps n’est plus aux raisonnements, le temps est à l’action.

Samedi, citoyens conscients et soucieux de laisser une terre vivable à nos enfants mobilisons nous et rejoignons la fête d’ici-commerce :

https://www.facebook.com/events/343112070171002/

Et puis défendre le commerce de proximité par une action menée en favorisant les déplacements doux, c’est bien une ambition pour le monde de demain.

Chasse, permis de tuer !

Un homme politique a déclaré récemment à propos de la chasse :

« Je crois, qu’à terme, il faudra sortir de la chasse »

« La chasse aujourd’hui est très largement un loisir »

« Le ministre de l’Agriculture qui raconte sur les plateaux qu’heureusement il y a des chasseurs pour tirer les sangliers qui abîment l’agriculture… Ce sont les chasseurs qui nourrissent les sangliers un peu partout pour qu’ils se développent, et ce sont les chasseurs qui font venir des sangliers de Pologne, avec parfois des risques de peste »

« La France autorise la chasse d’espèces en voie de disparition. Nous sommes le pays européen qui permet la chasse du plus grand nombre d’espèces »

« Il faut sortir de cette situation qui détruit la biodiversité et entretient l’idée que tuer des animaux est un loisir légitime »

Courageux ? Opportuniste ?

Au moment où les chasseurs se mobilisent pour célébrer les bienfaits de la glu en cachant la détresse des oiseaux piégés et la souffrance du « nettoyage » à l’essence pour finalement servir d’appâts, où l’ouverture de la chasse va permettre tous les abus, où la nature va être à nouveau malmenée par des irresponsables qui ne savent pas prendre en compte les vérités écologiques et se ranger du côté de la loi qui a reconnu la sensibilité comme faisant partie du capital génétique des animaux, déclarer ces vérités avec une lucidité évidente est courageux… Une amorce vers le monde nouveau.

Même si, tout compte fait, il y a 1,3 millions de chasseurs et…
plus de 13 millions de joggers, ceux qui sont près de la nature, ceux qui l’observent sans l’abimer. Ils risquent leur vie face à des chasseurs plus promptes à tirer qu’à reconnaître une cible. Ils ne font pas que s’entretuer, ils tuent et blessent des promeneurs, des cueilleurs et des vrais sportifs.
Avant une interdiction qui viendra comme une légitime reconnaissance du droit à la vie des animaux, il faudrait in moratoire imposant des visites médicales pour tous ceux qui se disent chasseurs, avec une partie psy car, se livrer au déterrage est une cruauté qu’un homme digne de ce nom ne peut imaginer… Et pourtant ils le font !
Contrairement à ce que déclare le président de chasseurs, il n’est pas question de mettre la nature « sous globe », il faut juste la libérer et cesser de faire à sa place. on ne sait pas faire, alors respectons la !

Et coller au mot chasse les mots passion et sports est terriblement stupide.
Les bons mots sont souffrance, mutilation, mort

30 % seront dupés par les extravagances de Monseigneur ?

Il n’est pas à une affirmation bidon près, il assène avec un aplomb jamais démenti des imbécillités.
Ne « tweete »t-il pas que Blondin et Hemingway ont célébré le tour de France 2020, Blondin est mort en 1991, il ne célébrait pas ce « monument sportif » mais était pour le quotidien sportif  l’Equipe, chroniqueur. Chaque soir, juste après l’arrivée des coureurs, il était chargé de faire une chronique sur chaque étape du jour, qu’il avait parcourue sur un siège arrière d’une voiture suiveuse. Quant à Hemingway… laissons à Carayon cette référence qui ne repose sur rien, ses hobbies étant les courses de chevaux et la chasse…
C’était au siècle dernier, dans le monde d’avant !

Difficile de ne pas être sidéré par l’affirmation que les raves party polluent plus que son tour de France, je ne sais d’où il tient cette stupidité… qu’il se garde bien d’étayer par des statistiques vérifiées.

Notre pauvre maire se perd dans des allégations qui n’ont qu’un seul mérite ! Celui de lui fournir un tweet ! Être présent, une exigence pour son ego.

Il serait temps que le glas sonne pour ceux qui, par politique politicienne, déclarent tout et n’importe quoi !

Mais il est patent que le tour de France est une manifestation particulièrement nocive en terme de pollution. En outre il est coûteux pour les mairies et donc les contribuables.
C’est faux de dire que le tour n’a rien coûté aux vauréens et aux vauréennes, déjà en 2019 une subvention était votée par le conseil au profit de l’association chargée de l’organisation de « l’événement » et cela à peine était-elle déclarée !

La facture doit avoisiner les 250 000€ pris en charge par divers moyens mais qui iront, in fine, chercher les deniers dans notre poche.

Alors plutôt que de tweeter que cela pollue moins que d’autres manifestations (ce qui n’excuse rien) il serait mieux inspiré de dire toute la vérité sur le coût !

Maintenant connaître les décisions que prendront les maires écologistes, attendons que les décisions soient prises !
Pas de procès d’intention, je pense que c’est une question honnêteté intellectuelle.

30% sont OK ?

Qui ne dit mot consent, qui ne s’oppose pas permet !

Ainsi est permis l’édification d’une antenne 4G (5G en vrai) par la mairie au profit de la société Orange.

Au droit du cimetière du Carla, en mitoyenneté avec la commune de Labastide Saint Georges a été autorisée, par défaut, l’installation de cette antenne.

Outre le manque d’esthétique de cet ouvrage, malgré la suspicion forte de nocivité, en dépit du principe de précaution, ainsi va être,  dans le plus grand secret, suspendue cette épée de Damoclès en plein cœur d’une zone pavillonnaire.

Les inconvénients sont tels qu’il serait vain d’en faire la liste…

  • Écologique, elle est située sur le passage d’oiseaux migrateurs,
  • Économique, la dépréciation des immeubles bâtis est constatée à chaque implantation,
  • Sanitaire, les maladies engendrées par ce type de « progrès » sont dénoncées par de nombreuses organisations de santé,
  • Esthétique, qui veut voir depuis sa propriété poindre une antenne de plus de 30 m de haut ?

Est-ce inéluctable ?

N’y-a-t-il pas solution plus intelligente ?

Si, la mairie aurait pu envisager d’autres propositions…

antenne 5g

Il est des sites moins préjudiciables et qui mettent à l’abri du principe de NIMBY,

 

faire mais en satisfaisant l’intérêt général sans que les intérêts privés soient exagérément spoliés.

 

 

Allons, un peu d’imagination !

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCo

100 % d’inconséquence…

Le tour passera et s’arrêtera brièvement à Lavaur.

Une arrivée d’étape qui nous coûte les deux bras, qui paralyse la ville de façon importante pour, finalement, servir la soupe des retombées économiques à la ville de Cazères, notamment, qui va accueillir équipes et caravane…

Les affichages fleurissent et surtout les panneaux d’interdiction et de restriction envahissent la ville.

Après le covid qui a durablement pénalisé les commerces du centre ville, voilà que l’arrivée du tour va aggraver la situation.

Enfin une entreprise va tirer sa tronçonneuse du jeu ! Elle n’est pas de Lavaur !

Car pour une bonne arrivée il faut un ciel dégagé.

Ce n’est pas le temps de l’élagage, me direz-vous, qu’importe c’est le temps de l’arrivée du tour.

Des arbres blessés, car hors période, trancher les gourmands est stupide, et n’a comme justification que les prises de vue par hélicoptère. D’ailleurs je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi un professionnel accepte une telle mission en regard des règles de l’art. Il est évident que je suis le seul à me poser cette question.
C’est cela la renommée  mondiale de Lavaur ?

Oh, bien sûr, l’intégrité de ces arbres a été plaidée par l’opposition et par le Groupe National de Surveillance des Arbres, mais l’adjoint – le 1er – intéressé par conjointe interposée, a eu vite fait de dégonfler une baudruche bien mal ficelée.

arbre tourLes arbres ont été élagués…

Passe le tour, restent les blessures…

C’est surtout cela, les coups de pub de l’actuelle monarchie, sans un regard sur les conséquences.

C’est aussi, hélas, cela l’indigence des actions d’une opposition qui se satisfait encore d’une demie-mesure !

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Même pas 30% de bon sens !

Une caractéristique des règnes de Carayon est l’entêtement…
Quand Monseigneur a une idée, il n’en démord pas, il ignore la contestation (timide), et profite d’une opposition complaisante pour poursuivre ses objectifs.

Il balaie d’un revers de neurone l’actualité, les chiffres, les études et tel un bulldozer de la pensée unique poursuit imperturbable.

Je vous parle aujourd’hui de la vidéo… protection.

Rien n’y fait, le constat clair de la Cour des Comptes qui a mis en exergue la vacuité et le coût de cet artifice urbain, les demandes de « pauses et analyses » de l’opposition (le député Terlier quand il était conseiller), le caractère très calme et serein de la commune et maintenant la crise sanitaire qui emporte le port du masque !

Ainsi donc les caméras vont filmer des masques ! Des anonymes !

Une belle affaire qui va encore nous coûter un bras !

cara masqueVous êtes sûrs qu’il s’agit bien de Monseigneur Carayon V ?
Pour peu qu’il porte un chapeau et le voilà monsieur tout le monde.

Le risque est nul car être un citoyen lambda ne sied point à sa majesté.
Alors le masque oui, mais il n’est pas prêt de porter le chapeau de l’insuffisance de sa politique

What do you want to do ?

New mailCopy