100 % d’inconséquence…

Le tour passera et s’arrêtera brièvement à Lavaur.

Une arrivée d’étape qui nous coûte les deux bras, qui paralyse la ville de façon importante pour, finalement, servir la soupe des retombées économiques à la ville de Cazères, notamment, qui va accueillir équipes et caravane…

Les affichages fleurissent et surtout les panneaux d’interdiction et de restriction envahissent la ville.

Après le covid qui a durablement pénalisé les commerces du centre ville, voilà que l’arrivée du tour va aggraver la situation.

Enfin une entreprise va tirer sa tronçonneuse du jeu ! Elle n’est pas de Lavaur !

Car pour une bonne arrivée il faut un ciel dégagé.

Ce n’est pas le temps de l’élagage, me direz-vous, qu’importe c’est le temps de l’arrivée du tour.

Des arbres blessés, car hors période, trancher les gourmands est stupide, et n’a comme justification que les prises de vue par hélicoptère. D’ailleurs je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi un professionnel accepte une telle mission en regard des règles de l’art. Il est évident que je suis le seul à me poser cette question.
C’est cela la renommée  mondiale de Lavaur ?

Oh, bien sûr, l’intégrité de ces arbres a été plaidée par l’opposition et par le Groupe National de Surveillance des Arbres, mais l’adjoint – le 1er – intéressé par conjointe interposée, a eu vite fait de dégonfler une baudruche bien mal ficelée.

arbre tourLes arbres ont été élagués…

Passe le tour, restent les blessures…

C’est surtout cela, les coups de pub de l’actuelle monarchie, sans un regard sur les conséquences.

C’est aussi, hélas, cela l’indigence des actions d’une opposition qui se satisfait encore d’une demie-mesure !

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Même pas 30% de bon sens !

Une caractéristique des règnes de Carayon est l’entêtement…
Quand Monseigneur a une idée, il n’en démord pas, il ignore la contestation (timide), et profite d’une opposition complaisante pour poursuivre ses objectifs.

Il balaie d’un revers de neurone l’actualité, les chiffres, les études et tel un bulldozer de la pensée unique poursuit imperturbable.

Je vous parle aujourd’hui de la vidéo… protection.

Rien n’y fait, le constat clair de la Cour des Comptes qui a mis en exergue la vacuité et le coût de cet artifice urbain, les demandes de « pauses et analyses » de l’opposition (le député Terlier quand il était conseiller), le caractère très calme et serein de la commune et maintenant la crise sanitaire qui emporte le port du masque !

Ainsi donc les caméras vont filmer des masques ! Des anonymes !

Une belle affaire qui va encore nous coûter un bras !

cara masqueVous êtes sûrs qu’il s’agit bien de Monseigneur Carayon V ?
Pour peu qu’il porte un chapeau et le voilà monsieur tout le monde.

Le risque est nul car être un citoyen lambda ne sied point à sa majesté.
Alors le masque oui, mais il n’est pas prêt de porter le chapeau de l’insuffisance de sa politique

What do you want to do ?

New mailCopy

30 %, le monsieur qui n’aime pas les vélos !

Pendant la campagne, il nous a rappelé, celui qui devait devenir Monseigneur Carayon V, combien les pistes cyclables, les liaisons douces étaient une de ses préoccupations.

Il avait même ordonné une étude…

Allo ! Bernard ? Où en sommes-nous de toutes ces promesses, de toutes ces études ?

Pourtant la remise sur le métier d’un PLU si mal engagé devait être une opportunité pour développer cet item des déplacements à Lavaur.
Rien ! De vélo, il n’en est question que pour le tour de France !

Et l’opposition, me direz-vous…
La lecture de l’intervention de Mme Albouy-Pomponne au dernier conseil municipal ne permet pas d’être optimiste, juste la main tendue pour avoir une petite enveloppe.
Quant à l’autre volet de l’opposition celle qui ne représente pas LReM mais qui est LReM, il s’est démarqué par une analyse fort juste du budget, des bons constats, une analyse éclairée, mais comme chacun le sait ce n’est pas cela qui va infléchir la « politique » du monarque.

Donc pédalez bonnes gens et si Carayon vous prête vie vous pédalerez encore longtemps en louvoyant entre autos, motos, camions et autres engins agricoles et de chantier sans autre protection que votre bonne étoile !

Ne comptez sur personne pour avoir des liaisons douces intelligibles, aménagées avec le souci du confort pour tous, des parkings « vélos » adaptés et pourvu de bornes de recharge pour les vélos à assistance électrique, des abris éclairés par des panneaux voltaïques…

30 %, Le monsieur qui n’aimait pas les jardins familiaux

Elle est des dernières campagnes (électorales…), la volonté de jardins familiaux, partagés diront certains, ceux qui se sont appelés ouvriers en d’autres temps et dont il reste de bien exemplaires modèles.

Pourtant cela ne reste pour Monseigneur 30% qu’un vœux, qu’une excuse, qu’une espérance de collecter quelques voix précieuses en ces temps de disette électorale.

EELV a interpellé le maire, conseiller régional sur cet attentisme, sur ce manque de volonté de faire… Répondra-t-il ?

Communiqué de presse

Maraîchages familiaux: c’est pour quand monsieur le conseiller régional ?La crise de la covid 19 nous a montré la fragilité de nos circuits de distribution de biens alimentaires.
Nous avons également perçu l’importance de la relocalisation des activités productives. De ce point de vue, la fermeture des marchés de plein vent de Lavaur a été symbolique d’un double échec: celui de l’approvisionnement des ménages et celui des débouchés pour les producteurs locaux.
Cette crise a également poussé l’émergence de solutions alternatives: commerces éphémères et drives fermiers.
Mais malgré cette créativité dictée par l’urgence nous n’avons pas vu de progrès pour ce qui est de l’organisation de jardins maraîchers à la disposition des habitants.
Pourtant dans les villes voisines (Gaillac, Graulhet, Saint Sulpice…) (NDLR Labastide-saint-Georges également sous la bienveillante direction du chef du service des plantations de Lavaur) les exemples ne manquent pas.
Des demandes formulées par les vauréen(ne)s sont exprimées régulièrement. La promesse de création de jardins partagés existe depuis plusieurs années. Mais les projets restent en plan. Dans ce domaine comme dans d’autres (piscine, cinéma, PLU…) c’est:«Partout ailleurs, sauf à Lavaur».Il est pourtant communément admis que la production domestique est un facteur de bien-être. Cela participe de l’amélioration de la qualité de vie1. Organisée dans des lieux communs, ces pratiques développent les liens sociaux et renforcent les pratiques d’entre-aide. Ces bénéfices pour la collectivité sont évidents et les coûts budgétaires sont mineurs.Il se trouve que le Conseil Régional Occitanie développe un programme d’aide «aux solutions pour une alimentation durable2».

Monsieur Carayon, conseiller régional, devrait bien en connaître l’existence mais à notre connaissance la commune de Lavaur n’est pas (encore) candidate. Un acte manqué comme dirait Freud ?

Je n’aurai pas cette indulgence de penser que Monseigneur Carayon V manque des actes, il manque plutôt de volonté de faire ce qui n’est pas dans sa pensée. Il est comme il le dit de tant d’autres une pastèque, vert à l’extérieur et… ben… bleu à l’intérieur, le bleu de la politique libérale qui contraint le peuple et enrichi le riche…

Reste à faire le constat de la publication de ce communiqué… Ou pas.
Quel journaliste aura le courage ou les convictions pour publier ce texte…

30% et son opposition de pacotille

Décidément, notre Monseigneur 30% n’a pas grand effort à faire, il doit juste remercier son opposition d’enfiler ses errances et de saluer « la maîtrise globale des dépenses ».
Cela tient d’une ignorance parfaite des règles budgétaires, des budgets passés, des préconisations de la Cour Régionale des Comptes (je sais, elles datent, mais n’ont pas pris une ride !).

Nous sommes dans un amateurisme exemplaire !

Se féliciter parce que « toutes et tous contiennent les dépenses de fonctionnement, une équipe stable ! L’opposition a chaussé son nez rouge et Monseigneur 30% saura rappeler ces prises de position.
Aussi, si certains se félicitent du courage qu’il y a à participer au débat communal avec (contre ?!) Carayon, je me marre !

Donc l’opposition a lu (elle l’a compris ?) ce rapport d’orientation budgétaire, et le débat ?
Ce débat qui doit précéder la présentation d’un budget… A la trappe !

Cette intervention de la très indulgente et bien aimable Albouy-Pomponne, montre à quel point il est plus facile d’endosser le costume de Monseigneur 30% que de le lacérer.

Elle nous parle de PLU, mais il faut parler de PLUi. Elle pose des questions mais pas de propositions. Elle va se tapir dans un coin des salles de commissions pour tenter d’exister en réaction, il faut proposer et dans les mêmes termes que son Altesse Carayon V, pas pleurnicher quand, du haut de son insuffisance relationnelle, sa seigneurie la rudoie.

La cathédrale ? Il faut dénoncer, faire une intervention médiatique pour mettre l’accent sur ces dérives religieuses.

Le terrain en face l’hôpital ? Pas de questionnement sur l’avancée de ce projet… L’achat du terrain est-il budgété ? Le projet est-il vert ?

« Est-il possible d’envisager une petite enveloppe sur les investissements pour la mobilité en ville… » C’est ainsi que l’opposition se place dans un contexte budgétaire : Dis, Monseigneur t’as pas cent balles pour les projets de transition écologiques et énergétiques…

Les associations paient le prix fort ? Mais elles avaient des subventions… fortes !
Les réceptions aussi restent élevées, mais pourquoi transférer « un tiers » ? Cela recouvre quoi ?

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est carayon-6.jpg

Ah, Monseigneur vous pouvez bénir cette élection qui vous ouvre tout grand l’autoroute de vos nouvelles idées déjà anciennes !
L’opposition saura vous féliciter, et ne craignez rien, elle ne viendra pas vous faire trébucher sur le chemin de votre gestion faite de bons mots, de vilaines postures et d’errances dans des process du passé.

Un Carayon VI ? Nous sommes bien partis !

 
What do you want to do ?
New mailCopy
 

LC²… L’analyse du conseil !

Une liste d’opposition qui avait fait des transitions énergétique, écologique et économique, y ajoutant un volet social une urgence, voilà ce que nous pensions retrouver en votant Lavaur Citoyenne.

Mais la farce est désormais sur la place politique.

LC² est devenue le crieur public de LReM et LR !

OYEZ OYEZ, braves vauréennes et braves vauréens, Les Pomponne et autres David en conseil communautaire se sont accoquinés avec une gouvernance qui se gardera bien d’infléchir les errances mortifères de la zone des Portes du Tarn et particulièrement de la plateforme Terra2.

La messe est dite et, en « enfants de chœur », LC² ne s’est pas privée de distribuer les hosties.

Jugez-en à travers son analyse du conseil communautaire.

Nouvelle gouvernance ? Il servent la soupe au gourmand nouveau Président et se font le chantre d’un projet bidon pour faire semblant de participer.

Parité Femme/Homme ? Ah ! Que ce sujet est primordial ! L’action est de faire envie (plaisir) aux femmes, de donner des signes, des assurances qu’elles ne vont pas faire salon.
Cette richesse, la participation des femmes à la vie politique locale, n’est pas exploitée, elle est un motif de programme sans que soient activés les moyens d’éveiller un intérêt. En faire un sujet c’est simplement montrer que la loi se substitue au bon sens !

Projet de territoire ? « Il nous semble« , il « faudra » ! « C’est la première action qui sera lancée
Dalida ne renierait pas… Des paroles, des paroles et toujours cette servilité à la nouvelle gouvernance. Quelle est donc cette mouche qui les a piqué pour leur inoculer le virus de la confiance envers des gens qui nous trahissent depuis des dizaines d’années ?

Zone d’activité ?
Sujet chaud… disent-ils, ils ne risquent pas de s’y brûler !
Ils questionnent… « Que faire de cette zone des Portes du Tarn » ?…
Ils espèrent…
Ils s’illusionnent… « ils feront tout pour réorienter les projets en cours »

Et LC², elle propose quoi ?

transversIls se défendent de toutes ces turpitudes, pourtant leur site témoigne bien de cette dérive identitaire.

D’autant plus que pour que tout cela fonctionne, il faut que la transversalité fonctionne au niveau des élus et des services.

Un peu comme ce que Pomponne cherche à mettre en place : l’open bar des élus dans les services administratifs ! Cette notion de transversalité, importée du monde de l’entreprise, nécessite un projet commun, un intérêt commun. Les projets ne sont pas communs, les intérêts divergents…

Des propos tarte à la crème !

What do you want to do ?

New mailCopy

LC²… Clair, obscur !

Ils, elles avaient promis la transparence et le partage d’informations…

Et bien, c’est juste une promesse, vous aurez, nous n’aurons que ce qu’ils, elles veulent bien dire.

Ainsi, ils ont envoyé aux trois candidats à la présidence de la CCTA un questionnaire, ils ont tous répondu…

Mais LC² a, souverainement, décidé que:
« nous avons pu constater que Gérard Portes plaçait les questions de transition écologique plus au cœur de son projet que les 2 autres »
Lavaur Catin qui décide que l’un lave plus blanc que les autres mais ne donne pas un échantillon de la lessive des « autres », les « pas » écolos…
Lavaur Cocue qui ne s’est pas aperçu que le blanc de Portes est un gris qui tire au bleu de la RLeM et de LR…

Du vert que nenni, une couleur que LC² a chassé de son nuancier !

Et pour valider sa position LC² reproduit les réponses de Portes, les réponses des autres ?

Sans doute aussi vagues et dépourvues d’engagements précis, quant à un calendrier de mise en place de ce bla-bla ?

myst lcIls, elles n’ont pas fait l’ENA, sinon le bla-bla aurait plus de tonus, on aurait pu presque y croire, mais là même pas l’illusion d’autre chose que ce que c’est (je connais un journaliste qui aurait écrit sait !) : rien que de la cire pour lustrer les egos des uns et des autres !

Je vous réserve l’analyse de l’analyse du conseil communautaire… pour un tout prochain post !

Sûr, vous allez aimer !

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailC

30%… empire

La messe est dite et saint Alain et son Jacquemart doivent bien se marrer !

La France d’avant se décline en vauréen, une conjugaison à tous les temps et tristement au présent et au futur !

L’usure des échecs, des actions avortées ou pire encore réalisées en conflit avec l’intérêt général fait qu’avec ses 30% Carayon va nous emmener vers une mandature en pire.

Les conséquences de l’effet « blast » cher à Sarkozy et déployé par Carayon aux dernières municipales sont, à Lavaur, terribles car d’élections en élections, Monseigneur 30% renouvelle cet artifice au détriment de la construction d’un avenir pour la commune.

Il n’est pas neutre de précipiter des travaux dans l’urgence d’un mandat à renouveler. Certes cela a eu des effets électoraux à hauteur des 30% recueillis par Monseigneur, mais il y a deux travers :

  • l’engagement de travaux inopportuns masque la nécessité de travaux de maintien ou de préservation des infrastructures,
  • le déséquilibre que cela crée en regard des listes adverses qui n’ont pas cette possibilité et qui sont obligés de gesticuler pour tenter de sortir la tête de l’eau, d’exister et de pratiquer des promesses qui vont se révéler irréalisables.

Mais quelques mois après l’élection, quand est venu le temps du confinement, un bilan s’impose.

Pour la majorité il n’y a pas de doute, nous sommes bien dans le retour dans le monde d’avant, la reprise des errances avec une légitimité de plus en plus écornée, mais suffisante pour développer les process dictatoriaux.

D’AUTANT QUE…

Pour l’opposition les bonnes intentions ont viré aux mauvaises postures, la politique politicienne a repris le dessus et sous la fallacieuse excuse de tenter « le tendre la main », ce sont les fesses qu’elle présente et nul doute que Monseigneur ne se privera pas de cette proposition.

Il n’est que d’observer l’attitude de la liste LC (Lavaur Citoyenne) pour se convaincre qu’il n’y aura pas d’opposition, le monde d’avant est aussi leur credo !
Le maquillage écologique ne peut donner le change.
Elle s’extasie devant le discours de Fèvre, le saltimbanque qui n’a pas hésité avant les élections à louer son maître, qui n’a d’autre politique que de cirer les escarpins de Monseigneur 30%, sans même percevoir la démarche servile de cette intervention.
Elle vote sans hésitation la scandaleuse dénomination de la rue des « soignants 2020 », en méprisant de fait tous ceux et celles qui se sont dévoués pendant cette période sans être soignants, « pour faire plaisir » !

Elle n’exige pas le compte administratif ni n’initie le débat d’orientation budgétaire en vue d’un vote du budget qui devra intervenir pour le 31 juillet prochain. Elle a le pouvoir le proposer des ordres du jour, de demander des réunions. Non, elle subit, elle suit.

S’opposer ce n’est pas voter « Pour », c ‘est agir « Contre ».

Et puis ces trahisons qui conduisent, sous l’excuse de participer et d’être transparent, à des positionnements pitoyables en conseil communautaire, la participation à l’élection d’un soldat de LReM à la tête de la communauté.

Décidément LC va devoir se choisir un autre nom, car de citoyenne elle n’en a même plus l’apparence.

A part des parlotes et des réunions stériles, rien n’est construit d’original pour mener à bien la transition, les transitions, on ne s’oppose pas en courbant l’échine, en participant à des commissions formatées sans aucun pouvoir d’infléchir ce qui est décidé dans le bureau de Monseigneur 30%. Il faut créer des commissions indépendantes, saisir la population par des pétitions, des sitting, des communiqués de presse… pas faire son béni-oui-oui.

Je fais le désespérant constat que l’adhésion aux promesses du nouveau conseil communautaire, le « faire plaisir » au conseil municipal est le signe que LC est devenue en moins d’un trimestre, « Lavaur Cocue » ou » Lavaur Catin »… à moins que la réalité soit LC².

Je ne peux me désolidariser de cette liste scélérate, c’est déjà fait en septembre 2019, je fais l’amer constat d’avoir voté pour une liste qui n’a pas combattu et qui s’est déjà rendu, vendu. Monseigneur doit être bien mortifié car à vaincre sans péril on triomphe sans gloire (Corneille-Le Cid) !

Nous ferons le compte, mais du temps de l’ancienne mandature, l’opposition avait voté à 96% les propositions du maire, le score de cette mandature à peine commencée risque d’être du même acabit !

Je sais, je sais, je n’ai pas évoqué la liste « Thénard » ! A quoi bon, elle est dans le droit fil de la déclaration du chef qui respecte le vote et s’abstient lors de l’élection du maire, mais cela est normal, LReM et LR même combat national, même combat local ! Détestable que LC adopte une posture miroir… De fait Carayon aura la soutien de sa majorité, le soutien de liste LReM et celui de liste LC…
Un mandat les mains libres… Pauvre Lavaur ! Et par effet boule de neige, pauvre CCTA !

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

30%… le déclin !

Les petits arrangements sont d’un pitoyable mortifère pour la CCTA, pour Lavaur et bien sûr pour la survie de notre environnement.

Pas plus loin que le bout de leurs intérêts, les élus une vision étriquée de la politique, la noble, celle qui vise l’intérêt général n’est pas dans leur ADN. Les postes à la CCTA ont été l’enjeu de négociations qui ont tué l’espoir d’un renouveau.

L’analyse de EELV, je la partage avec une immense tristesse, je voudrais qu’ils aient tort, ils ont raison…

Communiqué de presse de EELV – GAT – Tarn Ouest

Élection à la CCTA, prémonitions droitières

Le 13 mai dernier, nous avons publié un communiqué « spectacle de marionnettes à la CCTA ». Nous avions comparé l’élection du président de la Communauté de Communes Tarn Agout à un spectacle de guignol. Nous ne pensions pas être autant raccord avec l’actualité.
Ce que nous avons vu à la première réunion de la CCTA est bien un spectacle de marionnettes, M. Bernardin agitant M. Portes et M. Carayon animant en cachette M. Cormignon. Cela était prévisible. Ce qui était moins prévisible, c’est que cette élection fasse écho à ce qui s’est passé à Lyon, terre de naissance de Guignol. Dans la capitale des Gaules, la droite centriste LREM s’est accordée avec la droite rigide. A une échelle moindre, nous avons vu la même chorégraphie. La droite centriste de M. Bernardin s’est arrangée avec la droite décomplexée de M. Carayon. Ainsi sur les 9 postes de l’exécutif communautaire (Président + 8 vice-présidents), 5 sont attribués à des macronistes (M. Bernardin, M. Portes, Mme Parayre, M. Joulié, M. Joulia) et 3 ont été réservés à des sympathisants LR (M. Carayon, M. Cormignon, M. Rocaché).
Nous avons également perçu une faiblesse inhabituelle du manipulateur Carayon. Son poulain n’a pas fait le plein des voix des élus majoritaires vauréens. M. Cormignon a obtenu 14 voix. 14 est le nombre de conseillers communautaires élus sur la liste de M. Carayon. Comme nous croyons savoir qu’il y a au moins un élu d’une commune rurale qui a voté pour M. Cormignon, cela laisse entendre qu’au moins 2 conseillers de la liste majoritaire de Lavaur sont allés sur un autre candidat. Évasion tactique ou émancipation ? Ce score de M. Cormignon montre surtout que M. Carayon n’attire plus les opportunistes. Déclin du président LR du Tarn.
fait à Lavaur, le 11 juin 2020

Le déclin de Carayon, perceptible dans son score lamentable aux élections municipales ne peut être une consolation, c’est toujours de la politique partisane, le monde d’hier est le monde d’aujourd’hui et notre demain est sombre, très sombre.

papompo1L’espoir dans une opposition active et pertinente à Lavaur s’estompe au fur et à mesure du déroulé de leurs votes et interventions.
Lavaur Citoyenne est dans la mouvance LREM, son vote à la CCTA est une caricature de ce qui devait être un engagement fort et sans compromission.
A cela s’ajoute un amateurisme qui sert un Monseigneur qui peut compter sur les maladresses, les ignorances des élus de l’opposition pour conforter sa majorité.

Question :

A Lavaur entre un Thénard dont les amours pour LReM ne sont un mystère pour personne, une liste Lavaur Citoyenne qui vote LReM et un maire qui « négocie » avec LReM, nous voilà bien à la merci de ceux qui manipulent pour faire le lit du capital.

Et si un « journaliste » en mal d’arguments fait le constat stupide d’une gauche qui fait « son plus mauvais score », il serait bien inspiré de faire le constat que la gauche n’existe plus à Lavaur et que ses valeurs ne sont plus portées ni défendues dans une ville qui va s’étioler au profit de sa voisine St Sulpice !

What do you want to do ?

New mailCopy